Massa Marittima : un joyau médiéval

English Deutsch Español Italiano

Massa Marittima est une ville magnifique pleine de témoignages artistiques médiévaux intéressants. Probablement d’origine étrusque, la ville conserve de nombreux monuments de sa période la plus florissante, qui remonte au milieu du IXe siècle lorsque l’évêque, jusqu’alors résident à Populonia, y prit ses fonctions.

La période de splendeur maximale de la ville est cependant celle entre le XIIIe siècle et le XIVe siècle, lorsque Massa Marittima grâce aux richesses des mines d’argent, de cuivre et de pyrite présentes dans les Collines Métallifères voisines (intéressant le Musée Historique de la Mine) , exploitée également par les Étrusques (pour visiter la colonie minière étrusque du lac Accesa à quelques km de Massa Marittima), elle devint une municipalité libre (1225).

Par la suite elle participa aux luttes entre Pise et Sienne pour la domination de la Maremme et à partir de 1335 elle fut soumise à Sienne. En 1555, elle passa sous la domination de Florence et du Grand-Duché de Toscane, en raison de la malaria qui infestait les fonds de vallée, elle perdit peu à peu de son importance, et ce n’est qu’avec les travaux de réhabilitation effectués par les Lorrains qu’elle reprit une certaine importance.

La cathédrale de Massa Marittima, Grosseto. Auteur et Copyright Marco Ramerini

LE JOYAU MÉDIÉVAL DES COLLINES MÉTALLIFÈRES

La ville, qui culmine à 380 mètres d’altitude, est divisée en deux parties, la partie basse (ou ville ancienne) où prédomine le style roman et la partie haute (ou ville nouvelle, mais datant des XIIIe et XIVe siècles).

La visite peut commencer à partir de piazzale Mazzini, où il y a un parking payant pratique, voici le Palazzo dell’Abbondanza (1265) caractérisé par trois arcs ogivaux, c’était l’entrepôt de céréales de la ville, ci-dessous se trouve la source publique où récemment une fresque dont des traces avaient été perdues a été mis au jour.

LE DÔME

Vous entrez alors sur l’une des plus belles places de Toscane, la Piazza Garibaldi, dominée par d’innombrables édifices médiévaux prestigieux et où se trouve de loin le plus beau et le plus important monument de Massa Marittima, la cathédrale, dédiée à San Cerbone, est l’une des plus belles exemples d’architecture romano-gothique, il a été construit à partir de la première moitié du XIIIe siècle.

Le bâtiment est élevé sur un podium à gradins et est disposé en diagonale par rapport au reste de la place. La façade à deux ordres surmontée d’un tympan en loggia est prodigieuse. Le relief de l’architrave du portail avec des épisodes de la vie de San Cerbone est également magnifique.

L’intérieur a trois nefs et est soutenu par des colonnes en travertin avec des chapiteaux corinthiens finement sculptés. La contre-façade intérieure porte des traces de fresques des XIIIe-XIVe siècles, tandis que la rosace est ornée d’un vitrail à l’image de San Cerbone devant le pape Vigile (XIVe siècle).

Des œuvres d’art intéressantes sont conservées dans la cathédrale, notamment (au début de la nef droite) le baptistère en travertin de 1267 avec des reliefs de la vie de San Cerbone et du Nouveau Testament, de Giroldo da Como (ou Lugano) à côté se trouve un bénitier en marbre du XIIIe siècle ; dans le transept se trouve la Chapelle du Crucifix avec un crucifix sur un panneau probablement de Segna di Bonaventura (XIIIe siècle) ; sous l’abside se trouve l’arche de San Cerbone, une urne en marbre à hauts reliefs réalisée par Goro di Gregorio en 1324 ; dans le transept gauche se trouve la chapelle de la Madone avec un retable de la Madonna delle Grazie (1316) de l’école (ou peut-être du même) Duccio da Buoninsegna.

LE PALAIS DE PRETORIO

En face du côté gauche de la cathédrale se trouve le Palazzo del Vescovado, reconstruit en 1914, sur un coin du bâtiment se trouve une colonne avec une louve (1474), symbole de Sienne, qui était utilisée pour afficher des annonces. Devant la façade de la cathédrale se trouve le magnifique Palazzo Pretorio construit en 1230 comme résidence des podestats, dont il conserve de nombreuses armoiries sur la façade, aujourd’hui il est utilisé comme musée archéologique, descendant à droite de Palazzo Pretorio vous atteignez le bâtiment médiéval de la Monnaie, où au XIVe siècle la municipalité de Massa Marittima frappait ses propres pièces, non loin se trouvent la Porta San Bernardino et la Porta Salnitro.

De retour à la Piazza Garibaldi, en continuant à droite du Palazzo Pretorio, les éléments suivants sont en ordre : la Casa dei Conti di Biserno (XIIIe siècle), le Palazzo Comunale (XIVe siècle) en travertin avec de précieuses fresques du XVIe siècle à l’intérieur. Devant la mairie se trouve la Loggia del Mercato, résultat d’une reconstruction du XIXe siècle. Un autre bâtiment intéressant dans la partie basse de la ville est l’ancienne église de San Michele, aujourd’hui siège de la bibliothèque municipale, à proximité se trouve la Porta di San Rocco (XIIIe siècle).

LA VILLE NOUVELLE AVEC LA FORTERESSE SENESE

En prenant via Moncini depuis la Loggia del Mercato, vous atteignez la Porta alle Silici (XIVe siècle) en montée, au-delà de laquelle se trouve la Piazza Matteotti, le centre de la Nouvelle Ville, voici quelques ouvrages de fortification tels que la Torre del Candeliere, les vestiges de la ancienne forteresse construite en 1228 et reliée en 1337 à la forteresse siennoise par un arc impressionnant.

La massive forteresse siennoise, le Cassero Senese, construite à partir de 1335 a été partiellement démolie (1744 puis 1845) mais reste encore une construction importante. Également sur la place se trouve le Palazzo delle Armi (1443), à proximité se trouve la Porta San Francesco, avec un pan de mur bien conservé, puis au-delà se trouvent l’église romane-gothique de San Francesco (XIIIe siècle) et la Porta San Rocco . Une autre église romano-gothique est celle de Sant’Agostino (début XIVe siècle) à nef, avec le couvent attenant (San Pietro all’Orto) qui possède un beau cloître (XIIe-XIIIe siècles), récemment restauré et siège de le Musée d’Art Sacré, où est exposée la majesté d’Ambrogio Lorenzetti, plus loin se trouve le couvent des Clarisses (XIIIe siècle).

Porta alle Silici, Massa Marittima, Grosseto. Auteur et Copyright Marco Ramerini

LES MURS ET FORTIFICATIONS DE MASSA MARITTIMA

La première fortification de Massa Marittima était le soi-disant Castello di Monteregio (situé sur le site où se trouve aujourd’hui l’hôpital S. Andrea dans la Nouvelle Ville), qui fut la résidence des évêques de Massa du IXe au Xe siècle, puis , l’évêque Alberto, à la fin du XIIe siècle, a étendu les fortifications autour du château, avec un grand mur avec des tours et des portes à tourelles, la dernière porte survivante de ces premières fortifications était la Porta di San Pietro, qui a été démolie en 1851 , il a été inscrit avec la date 1206.

Au XIIIe siècle, les murs semblent avoir été agrandis pour inclure le couvent de San Francesco et l’église de San Rocco, plus tard au XIVe siècle, l’extension des murs a été réduite à sa taille actuelle. Avec la naissance (31 juillet 1225) de la Commune libre de Massa Marittima, la puissante Torre del Candelière (ou Torre dell’Orologio) a été construite en 1228 à côté du château des évêques. La tour a été presque démolie par les Siennois, pour être reconstruite par eux, mais seulement aux deux tiers de la hauteur d’origine.

LA FORTERESSE SENESE

Après l’occupation par la République de Sienne (1335), les Siennois commencèrent à construire la Forteresse Siennoise, une fortification grandiose qui servait de pivot entre les deux parties de la ville (Vieille Ville et Nouvelle Ville), elle divisait les deux parties de la ville avec deux imposantes courtines, presque parallèles, dotées de tours, de ravelins et de bastions. La Torre del Candelière, en 1337, fut reliée à ce nouvel ouvrage de fortification par un imposant pont en arc de 21,79 mètres de corde.

A côté se trouve la double porte qui relie la vieille ville à la nouvelle ville, la Porta alle Silici, sans aucun doute la plus belle porte de Massa Marittima, elle date du XIVe siècle et une inscription au-dessus de l’arc indique que les travaux de fortification de la forteresse siennoise ils ont été achevés le 19 février 1337. Au-delà de la Porta alle Silici, on entre dans la nouvelle ville construite aux XIII-XIV siècles.

Après la rébellion du peuple Massa, en 1355, les Siennois ont démoli la partie des murs qui comprenait le couvent de San Francesco et en 1377, l’extension des murs de la nouvelle ville a de nouveau été réduite avec la construction de la double Porta di San Francesco (1377) et de la Porta di San Rocco, qui a remplacé l’ancienne Porta di Bufalona, ​​​​qui était située à l’église de San Rocco.

LA TOUR DU CANDELIERE

La Torre del Candeliere est le seul vestige restant de l’ancienne forteresse construite par la municipalité libre de Massa Marittima en 1228. La Torre del Candeliere et la forteresse siennoise peuvent être visitées, à partir desquelles vous pourrez profiter d’un panorama fabuleux sur la ville, la campagne environnante et la côte.

Parmi les portes survivantes de la vieille ville, on trouve: la Porta al Salnitro (à l’origine également une porte double, la porte intérieure a été démolie en 1781), la Porta San Bernardino, la Porta San Rocco et la Porta dell’Abbondanza. Dans la Ville Nouvelle se trouvent : la Porta alle Silici, la Porta San Francesco et la Porta Eleonora. À côté de la Porta San Francesco se trouve l’une des sections les mieux conservées des murs.

Booking.com

English Deutsch Español Italiano

x

Check Also

Pitigliano : l’un des villages les plus pittoresques de la Toscane

English Deutsch Español Italiano Pitigliano est situé à l’extrême sud de la Toscane, à la ...