Accueil / Archéologie / Roselle : une ville étrusque-romaine sur l’ancien lac Prile

Roselle : une ville étrusque-romaine sur l’ancien lac Prile

English Deutsch Español Italiano

Située le long de la route Sienne-Grosseto, à quelques kilomètres au nord de Grosseto, la colline de Roselle contient les vestiges étrusques-romains les plus importants de Toscane. Le fleuve Ombrone caractérisait l’hydromorphologie de cette zone ; dans l’Antiquité, les rivières constituaient des voies de communication fondamentales et le fleuve Ombrone était probablement navigable sur une longue période à cette époque. De plus, dans le passé, la plaine où se trouve aujourd’hui Grosseto n’existait pas et à sa place se trouvait un bras de mer qui formait lentement un lac, le lac Prile. L’existence de la lagune a influencé positivement les villes qui, à l’époque étrusque, surplombaient les rives du lac : Roselle et Vetulonia.

FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE ROSELLE

La ville étrusque puis romaine se dresse sur une colline à environ 150 m au-dessus de la plaine de Grosseto : autrefois la ville dominait le lac Prile, l’ancien bras de mer qui occupait la plaine de Grosseto, le lac devint dans les périodes suivantes d’abord un marécage et fut plus tard ( à la fin du XVIIIe siècle) récupéré. Roselle est l’une des villes étrusques-romaines les mieux conservées de Toscane, la ville faisait partie du dodécapole étrusque et ne fut définitivement abandonnée qu’en 1138 lorsque le siège épiscopal fut transféré à Grosseto.

Fondée au 7ème siècle avant JC, Roselle était une ville côtière sur l’ancien lac Prile, importante pour la pêche et le commerce avec les villes étrusques de l’intérieur. Roselle s’est développée principalement à partir du VIe siècle avant JC, probablement son développement s’est fait au détriment des lucumonies voisines, en particulier de Vetulonia, jusqu’alors la ville étrusque la plus importante de la Maremme, située sur les collines derrière la rive opposée du lac Prile. En 294 av. elle fut conquise par Rome aux mains du consul L. Postumio Megello.

Pendant la domination romaine, la ville s’agrandit et s’embellit de stations thermales, de villas et d’un amphithéâtre parmi les mieux conservés de la région. Sous l’Empire, Roselle devient une commune romaine (après 89 avant JC) puis une colonie. C’est à cette époque que furent construits les monuments les plus importants tels que le Forum et la Basilique, un système de collecte des eaux de pluie et un bâtiment thermal.

LA VOIE ROMAINE

Avant d’arriver au parking de la zone archéologique, le long de la route d’accès, sont visibles les restes d’une petite nécropole étrusque avec des tombes à chambre. Une fois entré dans l’enceinte de la zone archéologique, il est préférable de continuer en montant le long de la route principale d’accès à la ville, c’est un beau tronçon pavé de voie romaine qui mène à la zone du forum, le long de la route se trouve un ancien char romain. .

Vestiges de parquet, Domus dei Mosaici, Roselle, Grosseto. Auteur et droits d’auteur Marco Ramerini

LE FORUM

Au bout du chemin, sur le côté gauche, nous trouvons les murs qui délimitent la Basilique Civile, un édifice rectangulaire en opus reticolatum et opus vittatum avec une colonnade interne dont il ne reste aujourd’hui que la base d’une colonne. Le Forum, situé au-dessus d’un remblai artificiel, a été construit à l’époque d’Auguste, mais a ensuite été rénové avec des dalles de travertin au Ier siècle après J.-C. Le côté est est délimité par le Cardo Maximus, tandis que du côté ouest, la place il surplombe la plaine de Grosseto (dans l’Antiquité, il surplombait le lac Prile).

Depuis le Forum, il est préférable de visiter d’abord la partie sud de la ville où se trouvait le siège des Flamines Augustales, qui était le lieu de culte impérial et consistait en une zone rectangulaire avec des murs recouverts de dalles de marbre et des niches abritant des statues de de la dynastie julio-claudienne, en effet, on y a trouvé des statues et des inscriptions qui sont actuellement conservées au Musée Archéologique de Grosseto.

Vue d’ensemble de la zone archéologique avec le Cardo Maximus, Roselle, Grosseto. Auteur et droits d’auteur Marco Ramerini

LE CARDO MAXIMUS

À côté de ce bâtiment se trouvait un petit temple de l’époque claudienne, un peu plus loin le long du Cardo Maximus se trouve l’entrée de la soi-disant Domus dei Mosaici, de la fin de l’époque républicaine (80-60 av. J.-C.), un exemple typique d’édifice romain. logement. En continuant plus loin, après quelques centaines de mètres, nous atteignons la colline sud où se trouve une zone résidentielle de l’époque hellénistique, traversée par un dense réseau de canalisations ; ici aussi se trouve une monumentale citerne romaine creusée dans la roche avec des voûtes ad opus incertum. et recouvert intérieurement de mortier hydraulique.

En revenant vers la zone du Forum, la place du Forum a continué vers le nord le long de la colline jusqu’à atteindre d’autres édifices de l’époque impériale, dont la « Basilica dei Bassi », un édifice avec une abside du Ier siècle après JC, probablement utilisé comme salle représentative du puissante famille locale des Pays-Bas.

LE SPA

À l’est du Forum, au-delà de la basilique civile déjà décrite, en suivant la route goudronnée, on contourne par la gauche un quartier de l’époque impériale et on atteint ensuite le quartier des Thermes. Ce complexe de l’époque impériale a été construit dans les premières décennies du IIe siècle. ANNONCE. sur un ancien quartier résidentiel qui était formé non seulement par les salles de spa proprement dites (« natatio », « frigidarium », « tepidarium », « laconicum », « calidarium ») mais aussi par une grande aire de service de forme irrégulière qui donnait accès au chaudières. A partir de la fin du Ve siècle. ANNONCE. les thermes furent réutilisés comme église chrétienne, avec un intérieur à trois nefs, tandis que les alentours, rénovés à l’époque carolingienne (entre le VIIIe et le IXe siècle), servaient de cimetière.

Les murs étrusques, Roselle, Grosseto. Auteur et droits d’auteur Marco Ramerini

De retour dans la zone du Forum, nous continuons le long de la colline nord dominée par l’Amphithéâtre elliptique avec quatre entrées (dont deux découvertes et deux avec voûtes en berceau), dont la petite structure peut être datée du Ier siècle. J.-C., au Moyen Âge, elle fut réutilisée comme édifice fortifié. Sur la droite de l’Amphithéâtre, un sentier en descente mène à la belle et intéressante promenade des murs étrusques, probablement la partie la plus intéressante de la visite, que je recommande certainement de faire.

LES MURS ÉTRUSQUES

Les imposantes murailles de la ville, qui s’étendent sur environ 3 km le long des pentes des deux collines qui forment la ville, remontent au VIe siècle avant J.-C.. De longues portions constituées de grands blocs polygonaux sont encore conservées. Les travaux comprenaient sept portes d’accès à la ville, mais seules trois ont été identifiées. Une des portes s’ouvrait près de l’entrée actuelle. De grandes parties des murs étrusques sont préservées à l’est, au nord et au nord-ouest. La hauteur maximale dans la partie nord (celle de la promenade) est de 5 mètres. La partie des Murs située à l’ouest et au sud-ouest est caractérisée par des blocs plus petits, dus à une reconstruction à l’époque hellénistique (IVe siècle avant JC).

INFORMATIONS PRATIQUES

La zone archéologique de Roselle est située à 10 km au nord de Grosseto, le long de la route de Sienne. Pour y accéder, il faut prendre la sortie Roselle puis suivre les indications pour le parc archéologique.

Les fouilles sont ouvertes au public de 8h30 jusqu’au coucher du soleil tous les jours. Pour renseignements, tél. 0564/402403.

Le coût du billet est de 4 euros. L’entrée gratuite est autorisée dans les musées nationaux et les zones archéologiques : aux citoyens de l’Union européenne de moins de dix-huit ans ou de plus de soixante-cinq ans. Le montant du billet d’entrée est réduit de moitié : pour les citoyens de l’Union européenne âgés de dix-huit à vingt-cinq ans.

Les trouvailles trouvées lors des fouilles de Roselle sont exposées au Musée Archéologique et d’Art de la Maremme, P.zza Baccarini, 3 – 58100 – Grosseto (GR) Tél: 0564 488754 Fax: 0564 488753

Booking.com

English Deutsch Español Italiano

x

Check Also

Le Scoglio dello Sparviero (ou Troia) et le Scogli Porchetti (ou Porcellini), Punta Ala, Castiglione della Pescaia. Auteur et copyright Marco Ramerini

Punta Ala: la célèbre station balnéaire sur la côte

English Deutsch Español Italiano Punta Ala est une station balnéaire située dans la municipalité de ...